« Voyage au bout de l'envers » de Frédéric Marinacce

Dernière mise à jour : 23 mai

Au petit jeu des Je me souviens, le narrateur, sur les traces du passé, redevient l'enfant de 10 ans qui s'installe à l'hôtel Continental à Saïgon avec sa maman, veuve. A l'inverse des Français vaincus qui fuient le pays, Fabrice et Renée Sinibaldi s'y installent. Nous sommes en 1955. Les réminiscences du passé colonial s'épuisent encore dans d'illusoires palaces ou dans quelques maisons de plaisir, le temps d'une soirée, d'un dîner, d'une nuit chaude, entre jeux de hasard et trafic de perles, entre scènes Bollywoodiennes, et scènes d'horreur. Et c'est tout l'art de l'auteur, Frédéric Marinacce, de plonger dans l'Histoire et son histoire, avec malice, humour et sincérité, sans épargner le lecteur : "J'ai connu la punition du suspendu : la tête en bas, plongé dans un bac de merde et d'urine, fouetté à coup de rotin sur les pieds jusqu'à ce qu'ils éclatent, brûlé à la soude et à la cigarette..."


Nous faisons connaissance avec des personnages savoureux et atypiques, comme Yanga, "vénale mais romantique, illettrée mais savante, vulgaire et pourtant racée ... Qui passe d'une chambre à l'autre" à l'hôtel Intercontinental ; Alexandre Venturi l'ami du Laos et de la famille, dandy un peu mafieux, amateur de jolies femmes et de perles rares, au lourd passé : "Comment pouvait-il être si lumineux, lui qui avait connu les cachots de la gestapo japonaise ?" . Le temps d'une page, nous croisons un "méchant" portraitisé avec réalisme "C'était un être à viande pauvre et dont la longue main droite au squelette élégant brandissait une baguette de rotin"; et, plus souvent dans le roman, nous rencontrons Thiou, "le valet de compagnie, jeune homme khmer de la région de Ha Tien, statue vivante du musée Guimet" dont l'histoire sera contée par Frédéric Marinacce dans un autre opus. L'auteur a le sens de la formule : "La beauté était au rendez-vous de ces ambassades aux jardins manucurés". Il y en a beaucoup d'autres.


Renée Sinibaldi et son fils Fabrice débarquent au Vietnam entre deux guerres, remontent le temps pour comprendre, apprendre, et enfin pouvoir faire le deuil de leurs chers disparus. "J'avais entamé le voyage. Je découvrirais au fil du temps des passages secrets, des poternes ombreuses, des vies labyrinthiques qui menaient de l'autre côté. Qu'est-ce que l'envers au juste sinon le va-et-vient des vérités ?".


La recherche du bonheur et du malheur, des questions avec ou sans réponse, du mystère, de la vengeance, de la luxure, du drame, de la sauvagerie, autant d'ingrédients jetés dans un récit chatoyant raconté à hauteur d'enfant de dix ans.


Et l'enfant deviendra écrivain.



99 vues

Posts récents

Voir tout