« Pour l'amour d'Elena » de Yasmina Khadra

Mis à jour : mai 7


C'est l'histoire d'un petit village,un trou paumé, et d'une grande ville réputée la plus dangereuse du monde. A l'Enclos de la Trinité il y a Elena avec ses yeux en amande et Diego. Ils s'aiment comme aiment les enfants jusqu'au jour où ils tombent sur une brute sans foi ni loi qui viole Elena sous les yeux de Diego, tétanisé. Leur monde s'écroule.


Yasmina KHADRA explore comme d'habitude les tréfonds de l'âme humaine. Avec Ciudad Juarez il n'a qu'a raconter la vie quotidienne dans cette tristement célèbre ville du Mexique rongée par la corruption, aux mains des cartels sanguinaires. Mais au delà de cette histoire il y a une question lancinante. Pourquoi la plupart des jeunes du village partent en sachant très bien que la plupart ne reviennent jamais, retrouvés morts ou disparus? Certes ce "village aurait dû s'appeler cimetière des vivants tant nos taudis ressemblaient à des tombes et les voisins à des fantômes dit le vieux Paco" Mais Le rêve est à Ciudad Juarez et Osario en est le symbole et le mirage,le lien le messager, le rêve dans sa splendeur insolente. Il est le seul à revenir régulièrement. Et on raconte qu'Elena serait partie avec lui. Alors Ramirez convainc son cousin Diego de partir. L'un veut faire fortune l'autre retrouver son amour perdu.


On tombe tout de suite dans le glauque, les pièges, avant un semblant de calme en trompe l'oeil quand on leur fournit une baraque. 'C'etait un peu l'enclos de la Trinité, sauf que les rues étaient asphaltées, les maisons badigeonnées et les boutiques garnies , il y avait même une salle de jeux, deux cybercafés, des tripots"

Mais on y croise un type "froid comme un pic à glace, un boucher qui vous arracherait les yeux juste pour regarder à l'intérieur de votre crâne et s'assurer que vos arrières pensées n'ont pas de suite dans les idées "

Diego devient un tueur qui aurait une conscience. Alors il délire en traversant le centre ville en bagnole, côté jardin heureux aux antipodes de sa cité pourrie, où les mères se promènent avec leur rejeton, se maudissant d'être né si loin des choses simples et belles...Elena est dans sa tête et ne le quitté pas..Cuidad Juarez est comme une contraction du monde et de ses turpitudes.


« Pour l'amour d'Elena » deYasmina Khadra aux éditions Mialet-Barrault



22 vues

Association Les Automn'Halles

533, chemin de la Mogeire

34200 Sète, Occitanie, France

  • Facebook Social Icon

Facebook