• jocelyne

Olivier Martinelli s’offre une « Fantasy »

Mis à jour : oct. 4

On connaissait l’auteur de polars, de nouvelles, de romans, on ne l’attendait pas vraiment dans le registre de la Fantasy. Et pourtant, voici qu’Olivier Martinelli nous gratifie d’un modèle du genre avec Le Roi des Krols (Leha éditions) premier volume du Livre des Purs. Tous les codes de la Fantasy sont respectés : lointain passé, créatures imaginaires, combats, mythes… Mais ce qui fait de ce roman une réussite c’est d’abord le style. Rien de familier dans cette écriture, aucune vulgarité. En cela, Martinelli se rapproche d’Ursula K. Le Guin qui dans son article de référence Du pays des Elfes à Poughkeepsie critiquait l’emploi du style familier dans la Fantasy. Ce n’est pas le seul élément en lien avec l’auteure du Cycle de Terremer qu’on peut repérer dans ce Roi des Krols. En effet, le roman de Martinelli s’inscrit dans une utopie profondément humaine. Quelle est la condition de l’homme, de la femme, dans le monde où s’affrontent des Belecks, vivant dans une société policée, quasiment libertaire, où les femmes sont à égalité avec les hommes, et des Palocks qui cantonnent leurs épouses dans les cuisines et la reproduction ? Ce souffle libertaire traverse tout le roman le portant haut dans le genre. On est au cœur des batailles, vibrant au décochages des flèches des archères belecks, pleurant la mort d’une mère, frissonnant au contact d’araignées géantes. Daan le Rouge (honni soit qui mal y pense !) est le jeune héros d’une épopée qui vise à protéger le Livre des Purs censé offrir un grand pouvoir à qui le possède. Il a dix-sept ans lorsque commence l’histoire… Justement, on aimerait en savoir un peu plus sur la cosmogonie de ce peuple, mais peut-être que tout s’éclairera dans le second tome. On l’attend avec impatience.

Le Roi des Krols (tome 1 du Livre des Purs), Éditions Leha



Association Les Automn'Halles

533, chemin de la Mogeire

34200 Sète, Occitanie, France

  • Facebook Social Icon

Facebook