« Mahmoud ou la montée des eaux » d'Antoine Wauters


Un vieil homme plonge tous les jours qu'il le peut de sa barque au milieu du lac el-Assad. Nous sommes en Syrie, et Mahmoud revoit, grâce à son masque et son tuba, sa vie engloutie au fond des eaux. L'exercice est parfois dangereux mais moins que la guerre qui gronde où ses enfants sont partis combattre. Il revoit Sarah, sa femme, son premier amour aussi , la prison, la poésie et la liberté perdue. Ce lac artificiel sur l'Euphrate a été créé par le barrage de Tabqa, inauguré en 1973 par Hafez El-Assad, « Notre Président qui arracha au fleuve son manteau d'argile en était si fier » écrit Mahmoud. C'était le symbole du parti Baas syrien, « ce projet qui allait tout résoudre ». Puis il y a eu le fils Bachar qui a pris la place du Dauphin mort dans un accident. Et là « l'ophtalmologiste amoureux d'Asma, ce grand échalas aux yeux de requin fou, rentre de Londres …et devient un autre. Les monstres naissent dans la nuit". Antoine Wauters , c'est une écriture à la pointe du couteau , vive , le mot est juste, simple et tout est dit de la folie des hommes comme l'a fait il y a longtemps Yasmina KHADRA. Pour Mahmoud, il suffit de plonger, replonger vers le café Farah, il suffit de palmer pour revoir papa, allongé qui chantait Verdi, ou dans un cauchemar revoir des hommes qui tranchent avec d'immenses ciseaux les têtes qui dépassent des fenêtres, c’est le chic-chac de Bachar ». Elmachi que l'on dit fou se souvient aussi de son travail qui consistait à décrire son Président comme juste, sage et honnête auprès de ses élèves, alors que « jamais, jamais je n'ai eu la moindre confiance en Hafez. Il était une épée sur mon cœur. Du massacre de Hama au « printemps arabe auquel je ne l’ai jamais cru » Mahmoud retient que ces dirigeants devenus fous « nous ont pris nos rêves ». « Ce pays est idiot, il est une publicité pour la mort".

Mais « quelle valeur a la parole d'un vieillard dans un monde comme le nôtre s’interroge -t-il ? Y a-t-il un sens à durer ?

Ce livre est bien plus qu'un long poème en prose sur le destin tragique de la Syrie.


« Mahmoud ou la montée des eaux » d'Antoine Wauters Éditions Verdier,

Prix du Livre Inter 2022



19 vues

Posts récents

Voir tout