«Les orages » de Sylvain Prudhomme

Mis à jour : mars 11


Elles sont treize. Comme le nombre qui porte malheur, ou bonheur. Treize histoires d'hommes et de femmes ordinaires dont la vie bascule à cause d'un événement anodin ou parce qu'une goutte fait déborder un vase trop plein, ou parce que la malchance, ou la chance s'en mêle. La maladie, la mort, la guérison, la séparation sont les thèmes abordés dans ces courts récits, écrits avec soin, sans pathos, au plus près de la vérité intérieure. L'émotion est souvent présente ; comment ne pas s'attacher à la belle Awa qui, à force de travail chez Madame Cissé a suffisamment d'économie pour s'offrir son salon de coiffure, jusqu'au coup de téléphone de son frère cancéreux... "Elle trempe la serpillière dans le seau d'eau savonneuse, la tord pour faire tomber de l'eau sur le carrelage, se met sans attendre à frotter. Au bout de ses bras le balai-brosse est dur. Elle appuie dessus plus fort qu'elle ne l'a jamais fait, frotte le sol avec une force qu'elle ne se connaissait pas, tout son être tendu, ses pensées tout entières dirigées vers ce seul but : Frotter vite. Frotter fort. Frotter bien.".

Un peu comme Nathalie Sarraute dans Tropismes, l'auteur décrit les petits riens, les sous entendus, les non dits, avec des mots qui bousculent, des chuchotements ou des cris qui font mouche. Le style est épuré, l'écriture simple, claire, vraie. "Elle essaie de tendre la main. Encore. C'est toujours elle qui tend la main. On est fatigués. Pas moi. Toi aussi t'es crevé ça se voit. Je te dis non. Elle le regarde. Fermé. Dur. Serré dans un col roulé qui lui va mal." 'et plus loin "Je suis désolé. Sois désolé. Je te demande pardon. D'accord."

Les perturbations atmosphériques sont souvent suivies d'éclaircies, mais dans le récit de Sylvain Prudhomme, les perturbations "presque invisibles du dehors", les "orages", éclatent, laissant les victimes pantelantes, parfois sans une lueur d'espoir d'un lendemain meilleur, parfois avec une infime lueur.

J'ai lu ces histoires comme on lirait un conte avec le sous texte Il était une fois ... et la prose de l'auteur, bien cachée sous la plume du narrateur, a fait le reste.

Sylvain Prudhomme est le lauréat 2019 du prix Femina et du prix Landerneau des lecteurs pour son roman Par les routes


Les orages - Sylvain Prudhomme - Editions L'arbalète Gallimard

Décembre 2020


15 vues

Association Les Automn'Halles

533, chemin de la Mogeire

34200 Sète, Occitanie, France

  • Facebook Social Icon

Facebook