« Le sel de tous les oublis » de Yasmina Khadra

Dernière mise à jour : juin 11


Adem Naït-Gacem, instituteur à Blida, une petite ville proche d'Alger, va tenter de se reconstruire après le départ de sa femme aussi inattendu qu'incongru dans l'Algérie post-coloniale de 1963.

Adem entreprend son chemin de croix et de station en station va peu à peu tenter de relever la tête. Mais avant d'arriver au bout de la route, il devra affronter le regard des autres, marginaux et oubliés de la société, tous bienveillants envers lui, devenu si ingrat et si frustre. Comme dans un conte il y a les bonnes fées et les anges gardiens tel Mika, le nain facétieux tout droit sorti du silence des anneaux, qui ponctue le récit de ses discours malins. "Pourquoi veux-tu renoncer à ce que tu tiens dans la main pour aller chercher ce que tu ne rattraperas probablement jamais ?" suggère Mika à Adem, "ce type qui passe à côté de son histoire". L'art de conter de Yasmina Khadra lui permet de placer quelques vérités bien senties sur l'Algérie nouvellement indépendante qui peine à trouver ses marques. "Je croyais la tyrannie vaincue dit Adem. Elle a seulement changé de visage" répond Mekki.

L'expropriation de la ferme de Mekki et Hadda par un commissaire politique véreux, l'apprentissage du métier de cantonnier, le passage en hôpital psychiatrique, autant de saynètes qui donnent aussi à l'auteur l'occasion d'aborder des thèmes universels comme le poids de la tradition et de la religion ou la place de la femme dans la société. Et la femme joue un rôle central dans cette histoire. Elle évoque la Modernité, quand Dalal n'hésite pas à quitter son mari pour partir avec son amant ; et aussi la Tradition quand Hadda, jeune et belle, reste fidèle "par devoir" à Mekki, son mari handicapé, homme-tronc, incapable de l'aimer. Autre thème abordé, l'éducation : "Notre victoire sur le colonialisme ne sera totale que lorsque nous aurons éduqué la nation... " sauf que le commissaire politique précise "... en faisant en sorte que tous les algériens marchent au pas, en rangs serrés, comme à la parade"...

Les dialogues ont la part belle dans ce roman-rêve, conçu et écrit pour embarquer le lecteur dans une très grande et très belle histoire algérienne, avec facétie et subtilité. Une réussite totale.


Le sel de tous les oublis - Yasmina Khadra - Editions Julliard -Août 2020

30 vues

Posts récents

Voir tout