top of page

« La famille de Pantin » de Michèle Fitoussi

Dernière mise à jour : 10 mai 2023


Fresque familiale haute en couleurs, le récit – qui n’est pas un roman – fait revivre des membres de la famille de l’auteure, dissèque l’histoire des Juifs de Tunisie avec bienveillance et beaucoup d'empathie.

Michèle Fitoussi avoue « De la Tunisie à la France et inversement, mon chemin a été long ». Il arrive un jour où le besoin de transmettre ce qui n’a pas été transmis, se fait soudain urgent. Pour ses enfants, ses petits-enfants, soi-même.


Et l’auteure de rappeler qu’à l’origine « Nous (les Juifs) étions parmi les premiers arrivés sur cette terre d’Afrique. Nous étions là avec les Phéniciens, les Lybiens, les Héllènes, les Berbères, bien avant les Romains, les Chrétiens, les Vandales, les Bysantins, les Arabes, les Turcs, les Italiens, les Espagnols et les Français, enfin. Libres, puis soumis, puis émancipés, nous avons nous aussi façonné ce pays que notre départ a amputé. »


Et de rappeler encore : Les Juifs étaient plus de cent mille en Tunisie au début des années cinquante. Ils ne sont plus que mille cinq cents aujourd’hui pour témoigner de leur ancienneté.

L’auteure a trois ans en 1957, l’année où Habib Bourguiba est élu président de la nouvelle république. Elle quittera la Tunisie quelques années plus tard. Sans bruit. Le récit nous fait connaître alors de page en page ses parents, ses grands parents, ses cousins et défilent ainsi, pour notre plus grand bonheur de lecteur car les anecdotes sont savoureuses, Sarah et Albert, Oncle Pap, tante Pim, Oncle Pat, tante Jac, Victor, Reine, Colette et Marco, leurs enfants, l’oncle Lucien et Tania, les parents de Tania …


Quant à la religion, elle n’occupe qu’un strapontin dans la vie de l’auteure. Tout ne tourne pas autour d’elle. « Mon judaïsme est fait de bric et de broc ». Il lui faut lire, enquêter, discuter, polémiquer beaucoup pour comprendre. Dénouer des fils qui se tordent, se mélangent, se cassent, se renouent est un travail de fourmi qu’à accompli Michèle Fitoussi. « Les Juifs forment un peuple – pas une race, n’en déplaise à leurs ennemis et à leurs contempteurs – lié à sa culture et à son culte qui survit grâce à la transmission de ses rites. « Juif » définit un peuple et une seule religion ; « Arabe », un peuple et au moins deux religions ». Quand Juifs et Arabes vivent dans le même pays, subissent les fantaisies ou les exactions des différents gouvernements qui les régissent, il y a matière à réflexion et à l’action.


Avec des personnages attachants qui éclatent de vie dans ce récit très fouillé et précis, Michèle Fitoussi nous fait partager le fruit de son long travail de recherche que je ne résumerai pas ici. Je vous invite à le découvrir. Pour tout savoir sur les Juifs de Tunisie d’une part, et pour le plaisir d’une lecture lumineuse d’autre part. Car « Je viens d’un pays qui m’a appris la joie de vivre et d’un peuple qui célèbre la vie par-dessus tout », conclue-t-elle.

L’écriture est douce, l’attachement à la Méditerranée viscéral.



« La famille de Pantin » de Michèle Fitoussi Editions Stock - Mars 2023

Michèle Fitoussi a été éditorialiste et grand reporter à Elle. Elle a écrit pour le théâtre, la télévision, et publié une douzaine de livres.




30 vues

Posts récents

Voir tout
bottom of page