« L'imposture du marronnier » de Mariano Sabatini


Le Commendatore Ascanio Restelli, quatre-vingts ans, toujours vert et toujours véreux, "une vraie légende du mal" brigue la mairie de Rome mais est assassiné dans sa villa avant de pouvoir savourer une victoire quasi certaine au vu des innombrables amis qui papillonnent autour de lui. Viola Ornaghi, journaliste au magazine Charme, chargée de rédiger un article sur le Commendatore, découvre le cadavre atrocement mutilé, et, sous le choc, appelle son ami et collègue Léo Malinverno, la fine plume du Globe, l'autre magazine qui couvre la ville, lui-même très proche du commissaire Jacopo Guerci. A eux trois, avec l'aide d'une autre plume du Globo - féminine mais pas trop - Carla Tesei, ils vont dénouer l'imbroglio de cette intrigue policière et mafieuse dans les petites gargotes ou les grands restaurants, les ruelles sombres ou les places touristiques, et qui plus est, sous des trombes d'eau.

Il y a plusieurs niveaux de lecture. L'enquête, le milieu de la presse et celui de la pègre, les relations filiales amoureuses, professionnelles. Il y a le héros, Léo Malinverno, un peu caricatural : beau, brillant, indépendant, jouisseur, intègre, mélomane ; il y a les autres personnages, si nombreux que je me suis parfois un peu perdue dans le "qui est qui" ou le "qui fait quoi" mais donnant au récit cette atmosphère noire et nauséabonde du milieu mafioso italien encore en vigueur aujourd'hui. Et puis il y a Rome, ville éternelle, noyée par la pluie, saturée de fragrances et de musique d' Otis Redding, de Glenn Miller ou de Nat King Cole. Il a bon goût Léo Malinverno.

Un peu comme pour Romanzo criminale de Giancarlo de Cataldo, le juge-écrivain qui met en scène l'Italie souterraine des années soixante dix, le cinéma pourrait s'emparer du récit, tant la tension dramatique soutenue par des dialogues percutants est palpable.

Quant au titre "L'imposture du marronnier, cet "arbre trompeur dont les fruits sont immangeables", il ajoute au mystère que Mariano Sabatini perce avec brio, humour et efficacité.

Mariano Sabatini, journaliste et écrivain, a publié des nouvelles, des essais et des romans. Il a obtenu le Prix Flaiano en 2017 pour L'imposture du marronnier.


« L'imposture du marronnier » de Mariano Sabatini aux éditions Actes noirs/Actes Sud - janvier 2021

7 vues

Association Les Automn'Halles

533, chemin de la Mogeire

34200 Sète, Occitanie, France

  • Facebook Social Icon

Facebook