« L'Enfant guerre » d'Olivier Martinelli


Avec L’enfant guerre d'Olivier Martinelli, on retrouve avec plaisir les personnages du Roi des Krols, premier tome de l’épopée de high fantasy qui en compte deux réunis sous le titre Le Livre des Purs. Et en premier lieu Daan le Rouge qu’on avait laissé en bien mauvaise posture à la tête de son armée des Cheveux Courts. Les clans, Belecks, Fradins, Vélins…, tout comme les Palocks aux six doigts, sont naturellement présents dans cet opus aux batailles sanglantes – c’est la loi du genre – moins nombreuses cependant que dans le premier volume. On fait aussi mieux connaissance avec les terribles Canis, et c’est comme une lueur d’humanité qui se mettrait à briller. Enfin, la cosmogonie des Krols est détaillée et le Livre des Purs prend une nouvelle dimension. Pas question d’en révéler plus ici.


Au-delà de la maîtrise des codes du genre, l’auteur trouve son inspiration dans les drames qui agitent notre époque. Ainsi, à propos du mot « paradoxe », Daan se souvient d’une conversation entre ses parents. Son père expliquait : « Le paradoxe, c’est ce peuple capable de toutes les atrocités et tout aussi capable de créer les beautés les plus extravagantes. » Et, de petites touches effleurées en petites touches discrètes, ce n’est pas la seule évocation, ni la seule réflexion, en référence à notre société.


Prenant plaisir à balader son lecteur jusqu’au bout, Olivier Martinelli termine la saga sur une énorme surprise qu’on vous laisse découvrir…


L’enfant guerre, Olivier Martinelli, Leha éditions


44 vues

Association Les Automn'Halles

533, chemin de la Mogeire

34200 Sète, Occitanie, France

  • Facebook Social Icon

Facebook