« Et nous aurons l’éternité » de Catherine Fradier

Mis à jour : mars 21


Catherine Fradier, grande dame reconnue du polar, nous offre avec son dernier livre à paraître début mai 2021, un roman passionnant et d'une grande originalité entre dystopie et littérature. Il nous plonge en 2051, époque où le monde entier subit les funestes et catastrophiques conséquences engendrées par l'irresponsabilité des générations précédentes. Avant, c'était le temps de la Grande Insouciance où on pouvait réellement passer 2 heures sous la douche, nager dans l'étang de Thau au milieu des daurades et des muges. Norma, l'héroïne du livre, est une vieille dame indigne, qui, avant de quitter ce monde dans lequel elle ne se retrouve plus, veut achever son dernier roman, le roman de sa vie. Elle ne veut pas trahir son amour pour les livres et la littérature, pour la nature et pour son défunt mari dont elle garde précieusement les cendres dans une urne à laquelle elle s'adresse à voix haute- un dialogue/monologue naturel et touchant. D'elle-même, elle dit que "devenue romancière, elle n'avait au fond aspiré qu'à une chose, lire, écrire et nager". Elle dit encore: "les livres m'ont aidée à ne pas me perdre, à rester en vie. Si je lis, c'est avant tout pour rester humaine. Relire un livre, c'est relire sa vie". Norma doit quitter son appartement dans l'Ecusson à Montpellier, quartier voué à la destruction, pour finir mourir dans un établissement de retrait. Pas question pour elle d'accepter une telle fin de vie. Pour l'éviter et profiter d'un délai, elle accepte d'être interviewée en direct par une étudiante travaillant sur sa vie de "fictionneuse" dans une société où le livre existait encore. Pour Norma, fiction et réalité s'entremêlent, s'enrichissent, se nourrissent l'une de l'autre. "Il n'y a que la fiction pour rendre la réalité réelle, la vérité vraisemblable. Ce roman est une belle réflexion sur la fin de vie et la place de la littérature. "En laissant mourir le roman, l'homme avait laissé quelque chose de lui mourir avec, peut-être son humanité". Quel bel hommage au livre! on lit pour comprendre sa propre histoire. C'est aussi un bel hommage à la nature et à sa beauté. C'est également un réquisitoire lucide et intransigeant sur la destruction de l'humanité par l'homme lui-même. Dans le sérieux et le tragique du sujet, l'humour et la tendresse ne font pas défaut. La lecture n'en est que plus réjouissante.

Cette vieille dame est tout à fait attachante, très vivante et brillante d'intelligence. L'auteure ressent une grande sympathie pour tous ses personnages et les met en scène avec talent jusqu'à la fin...


« Et nous aurons l’éternité » de Catherine Fradier - éd. au Diable Vauver



26 vues

Association Les Automn'Halles

533, chemin de la Mogeire

34200 Sète, Occitanie, France

  • Facebook Social Icon

Facebook