Association Les Automn'Halles

533, chemin de la Mogeire

34200 Sète, Occitanie, France

  • Facebook Social Icon

Facebook

 Cinéma                                                  

 soirée du jeudi 10 octobre 2019 au Comœdia

  en partenariat avec Ciné C Toi 

Pour cette dixième édition des Automn'Halles, nous avons programmé une soirée exceptionnelle en deux volets, consacrée à la tragédie sans nom des réfugiés.

Notre propos est d'embrasser ce phénomène dans sa diversité spatio-temporelle : des vagues d'exode ont rythmé le vingtième siècle un peu partout dans le monde et défraient régulièrement notre actualité. Ces transferts massifs de populations commencent toujours par une catastrophe historique : guerre, persécutions.

Comme les autres années, les deux films seront présentés et suivis d'un débat.

18h15: Espoir d'André Malraux (1939)

Dans le film d'André Malraux, c'est la guerre d'Espagne et la victoire du franquisme qui a provoqué l'exil des républicains, appelé « Retirada » faisant affluer environ 500 000 personnes dans notre pays.

 

20h30: The Cut (La Blessure) de Fatih Akin (2015)

Dans celui de Fatih Akin, c'est le génocide arménien qui a engendré la diaspora des survivants dans le monde entier.

Deux films très différents par leur contexte et leurs choix esthétiques ; une même ode à la fraternité.

André Malraux (1901- 1976) 

C'est déjà un intellectuel reconnu et un romancier célèbre (La Condition Humaine a reçu le prix Goncourt en 1933) quand en juillet 1936 éclate le putsch du général Franco pour renverser la république en Espagne.

Révolté par la politique de non- intervention de l'Angleterre et de la France, alors qu'Hitler et Mussolini aident massivement les rebelles, il réquisitionne des avions et met sur pied l'escadrille España. Pendant les premiers mois de la guerre, elle jouera un rôle décisif pour retarder l'avancée des troupes franquistes qui marchent sur Madrid, avant d'être décimée, puis anéantie par les « junkers » allemands beaucoup plus modernes.

De cette expérience cruciale Malraux va tirer deux oeuvres : un roman L’Espoir (1937) et un film Sierra de Teruel (1939).

Espoir (1939)

C'est le nouveau titre donné au film à la Libération. Tourné dans le chaos des derniers mois de la guerre, alors que le territoire de la République se réduit comme peau de chagrin, il rend hommage à la fois aux volontaires internationaux venus à la rescousse des quatre coins du monde et à l'héroïsme du peuple espagnol qui lutte pour sa liberté.

Engagé dans une course contre la montre pour terminer son film, Malraux doit quitter le pays à la chute de Barcelone, emportant avec lui les rushes inachevés. Franco a gagné, la Retirada commence. C'est en France qu'André Malraux termine le montage en août 1939. En septembre, à la demande de Pétain, alors ambassadeur en Espagne auprès de Franco, Sierra de Teruel est interdit. Il ne sera projeté, pour peu de temps d'ailleurs, qu'après la guerre.

Fatih Akin

Né en 1973 à Hambourg, c'est un scénariste, comédien, réalisateur, et producteur germano-turc.

Il a déjà moissonné de nombreux prix comme l'ours d'or à Berlin pour Head On (2004), ou le prix du scénario pour De l'autre côté (2007).

 A Cannes toujours, In the fade a quant à lui été récompensé du prix de la meilleure actrice pour Diane Krüger en 2017.

The Cut (2015)

Avec ce film Fatih Akin s'attaque à l'un des tabous majeurs de l'Histoire turque, celui du génocide arménien qui a fait environ un million de morts et décimé les deux tiers de la population arménienne vivant en territoire turc.

Le film raconte l'histoire d'un forgeron qui vit en pays kurde, aux confins de l'actuelle Syrie (déjà!). Le déchaînement de la purification ethnique, mais aussi religieuse (les Arméniens sont chrétiens et les Turcs musulmans) va disperser sa famille. Sa femme est égorgée, lui survit par miracle et parcourt la Syrie et le Liban à la recherche de ses filles. 

Parsemées d'embûches mais aussi parfois de moments très forts de fraternité et de partage, ses errances lui feront traverser l'Atlantique et poursuivre l'ombre de ses filles disparues jusqu'aux neiges du Dakota.

L'inguérissable « blessure » qu'il porte est aussi celle de tout un peuple.